« Meet les coworkers » est une série de rencontres pendant lesquelles vous découvrez les profils variés qui occupent notre espace de coworking : leur profession, leur avis sur le coworking ou le monde du travail en général.

 

Salut Charles ! Peux-tu nous expliquer quel est ton métier et en quoi il consiste ?

J’ai deux facettes, je suis compositeur et DJ pour mon côté un peu artiste, et d’un autre côté je suis directeur artistique dans le domaine de la musique pour une start-up parisienne. Je fais du télétravail mais je me rends tout de même une fois par semaine à Paris.

Depuis combien de temps es-tu à ton compte et qu’est ce qui a motivé ton choix ?

Je suis à mon compte pour mes deux activités puisque je suis prestataire de service pour la start-up. Cela fait 5 ans que je suis à mon compte. Au début j’avais un métier à côté pour m’assurer un revenu, mais aujourd’hui je suis full grâce au poste de directeur artistique.  Avec mon simple profil artiste je ne pourrais pas vivre.
Si je me suis mis à mon compte c’est parce que je ne suis pas fait pour le profil classique du salarié en une entreprise. J’ai besoin de liberté, j’évite la hiérarchie.

Qu’est ce qui t’a motivé à venir travailler dans un espace de coworking ?

Cela faisait plus de 2 ans que je travaillais de chez moi car je n’avais pas de revenu suffisant pour louer un bureau. Quand j’ai eu une petite augmentation de salaire en tant que directeur artistique, je me suis dit que cela allait me permettre de me payer une place dans un espace de coworking.
L’objectif a vraiment été de voir du monde plutôt que de rester toute la journée seul chez moi. Le coworking permet de faire des rencontres, de ne pas manger seul le midi, c’est vraiment le lien social que je cherchais.

Qu’est ce qui te plaît à La Newsroom ?

Ici ce que j’apprécie c’est le côté cosy de l’espace dû en partie au petit nombre de coworkeurs. On se connait tous, c’est familial. L’accessibilité 24h/24 et 7j/7 même pour les postes en Open Space est également un plus. On peut venir quand on le souhaite, et même la nuit !

in Phasellus venenatis nunc eleifend Praesent mi, leo elementum